Ukraine : l’Allemagne accepte de mettre fin à Nord Stream 2 si la Russie envahit l’Ukraine – EURACTIV.fr

Grain de sel GB : Alors que la tension monte en Ukraine, l’Allemagne s’est exprimée sur un éventuel abandon du gazoduc Nord Stream 2 en cas d’invasion russe. Sur ce sujet de l’énergie qui divise tant les 27, l’Allemagne se lie à l’Ukraine et en cela, cette annonce aura de fortes implications géopolitiques.

Les États-Unis et l’Allemagne semblent avoir convenu que le gazoduc Nord Stream 2, favorisé par la Russie, ne verra pas le jour si la Russie envahit l’Ukraine, selon les déclarations des responsables des deux pays.

La première indication est venue du département d’État américain, qui a déclaré que Nord Stream 2, reliant la Russie à l’Allemagne sous la mer Baltique, n’avancera pas si la Russie envahit l’Ukraine, dans un renforcement significatif de la position précédente de l’Occident sur l’approvisionnement en gaz stratégiquement vital.

«  Je veux être très clair : si la Russie envahit l’Ukraine d’une manière ou d’une autre, Nord Stream 2 n’ira pas de l’avant  », a déclaré mercredi 26 janvier le porte-parole du département d’État, Ned Price. «  Je ne vais pas entrer dans les détails. Nous travaillerons avec l’Allemagne pour faire en sorte qu’il n’aille pas de l’avant. »

Le même jour, la ministre allemande des Affaires étrangères, Annalena Baerbock, a semblé porter le même message au Bundestag.

«  Dans le cas d’un nouvel acte d’agression, nous avons une large palette de réponses à notre disposition, y compris Nord Stream 2 », a-t-elle déclaré aux députés.

Emily Haber, l’ambassadrice d’Allemagne à Washington, a semblé confirmer le durcissement de la position de son pays dans des commentaires jeudi (27 janvier). Elle a écrit sur Twitter que «  les États-Unis et l’Allemagne l’ont déclaré conjointement l’été dernier : si la Russie utilise l’énergie comme une arme ou s’il y a une autre violation de la souveraineté de l’Ukraine, la Russie devra payer un prix élevé.  »

La construction du gazoduc, destiné à contourner l’Ukraine, a été achevée en septembre, mais il est ensuite resté inutilisé dans l’attente de l’approbation réglementaire de Berlin et de Bruxelles.

Le projet est de plus en plus politisé dans un contexte de tensions croissantes entre la Russie et l’Occident, qui craint que Moscou n’attaque l’Ukraine pour l’empêcher de nouer des liens étroits avec l’OTAN. La Russie nie qu’elle nourrit de tels projets.

Du point de vue de Kiev, Nord Stream 2 permettra à la Russie de cesser de faire transiter du gaz par l’Ukraine, ce qui lui servait jusqu’alors de police d’assurance contre les avancées militaristes sur son sol.

Les experts en gaz estiment que si Nord Stream 2 commence à fonctionner, le transit de gaz via l’Ukraine s’arrêtera.

Le PDG de la compagnie ukrainienne Naftogaz, Yuriy Vitrenko, a déclaré mardi à CNN que le nouveau gouvernement allemand avait un choix important à faire — «  décider s’ils sont avec le monde libre ou s’ils vont collaborer avec Poutine  ».

«  Ils doivent empêcher Nord Stream 2 et Gazprom d’être au-dessus des règles  », a-t-il ajouté.

M. Vitrenko, qui a personnellement participé à des négociations avec le président russe Vladimir Poutine, a déclaré que le plan du dirigeant russe était de construire Nord Stream 2 afin qu’il soit «  plus facile d’envahir l’Ukraine  ».

Un autre responsable ukrainien, Sergiy Makogon, chef de l’opérateur de transport de gaz de l’Ukraine (GTSOU), a déclaré à Die Welt que si Nord Stream 2 était certifié et commençait à acheminer du gaz russe, les prix du gaz pour les Européens augmenteront.

«  La plus grande erreur de l’Allemagne est de considérer le système de gazoducs ukrainien comme acquis. Dès que Nord Stream 2 sera en service, le réseau ukrainien ne sera plus nécessaire. Gazprom contrôlera chaque accès, et les prix augmenteront alors, y compris pour l’Allemagne  », a déclaré M. Makogon.

L’Ukraine ne cesse de répéter à ses partenaires européens que son système de transition gazière est non seulement fiable et flexible, mais qu’il possède les plus grandes réserves de gaz d’Europe, ce qui s’est avéré d’une importance capitale dans les situations de volatilité des prix.

À l’inverse, la Russie affirme que les tuyaux vieillissants de l’Ukraine peuvent «  éclater à tout moment  ».

Nord Stream 2 : « Les Américains piétinent la souveraineté européenne »

Nouveau coup dur dans une longue série de controverses. Avec leur budget de la défense pour 2021, les États-Unis resserrent (encore) la vis sur Nord Stream 2. L’ingérence américaine suscite peu de réactions en Europe bien que l’avenir du projet de gazoduc soit une fois de plus plongée dans l’incertitude.

https://www.euractiv.fr/section/politique/news/lallemagne-accepte-de-mettre-fin-a-nord-stream-2-si-la-russie-envahit-lukraine/