Serbie : quelle ambition européenne ? – EURACTIV.fr

Dans une Serbie largement russophile, l’alignement sur l’UE de la Serbie en tant que pays candidat à l’UE n’est pas un message politique populaire à l’approche des élections législatives, présidentielles et municipales du 3 avril.

L’invasion de l’Ukraine par la Russie a eu lieu au milieu de la campagne électorale de la Serbie. Depuis le début de la guerre, le président serbe Aleksandar Vučić a tenté d’établir un équilibre prudent entre l’Ouest et l’Est, ce qui a incité de nombreuses personnalités à Bruxelles à dire qu’il ne pouvait pas continuer à entretenir une position ambigue.

La Serbie, qui négocie son adhésion à l’UE depuis huit ans, est le seul pays d’Europe, hormis la Biélorussie, à ne pas s’être associé aux sanctions européennes contre la Russie.

Alors que des rassemblements massifs de soutien à l’Ukraine ont eu lieu dans toute l’Europe, une importante manifestation de soutien à la Russie a eu lieu à Belgrade, confirmant les liens traditionnels de la Serbie avec Moscou.

Bien que les autorités de Belgrade continuent d’affirmer que la Serbie ne se joindra pas aux sanctions de l’UE, les derniers développements, au cours desquels la Serbie a choisi pour la première fois une sanction symbolique contre l’ancien président ukrainien Viktor Ianoukovitch, suggèrent que la Serbie choisira probablement dans le « menu » des mesures restrictives de l’UE déjà adoptées contre la Russie celles qui causent le moins de dommages à ses bonnes relations avec Moscou.

Un premier alignement sur l’UE au sujet de l’Ukraine à partir de 2014

Depuis l’annexion de la Crimée par la Russie en 2014, la Serbie n’a adopté aucune des positions de politique étrangère ou des mesures restrictives de l’UE à l’encontre de la Russie.

Toutefois, ce mois-ci, la Serbie s’est alignée pour la première fois sur une mesure de l’UE concernant la crise en Ukraine. Elle se rapportait à 2014 et à une décision du Conseil de l’UE d’étendre les sanctions contre Viktor Ianoukovitch et d’autres dirigeants ukrainiens de l’époque.

Après la révolution Euromaïdan et la chute du pouvoir en 2014, M. Ianoukovitch s’est enfui en Russie et, selon les médias, il est désormais citoyen russe. L’UE a imposé des sanctions à M. Ianoukovitch en 2014 pour « utilisation abusive des ressources de l’État et violations des droits de l’homme. »

Bien qu’il semble que cette mesure de l’UE soit la plus légère à première vue, la décision des autorités de Belgrade est significative car la Serbie s’est tenue à l’écart jusqu’à présent.

Outre la traditionnelle russophilie serbe et la dépendance de Belgrade à l’égard des sources d’énergie russes, la Serbie a noué des liens étroits avec Moscou car elle comptait sur un soutien politique au Conseil de sécurité au sujet du Kosovo.

La Russie et la Chine sont les seuls pays du Conseil de sécurité des Nations unies qui ne reconnaissent pas l’indépendance du Kosovo, déclarée en 2008.

Loin des yeux du public

L’alignement sur la mesure restrictive de l’UE à l’encontre de M. Ianoukovitch est resté discret. Il a été annoncé sur le site web de l’UE le 12 mars, mais le public serbe n’en a eu connaissance que trois jours plus tard, lorsque la chaîne European Western Balkans a rapporté l’information.

Lorsque les médias pro-gouvernementaux ont relayé cette nouvelle, ils n’ont pas précisé qu’il s’agissait du premier alignement de la Serbie sur la politique de l’UE concernant l’Ukraine.

Ce n’est pas la première fois que les autorités de Belgrade s’alignent secrètement sur une décision de l’UE dans le domaine de la politique étrangère et de sécurité commune. La même chose s’est produite lorsque la Serbie s’est jointe à la condamnation du régime biélorusse à l’été 2020.

La nouvelle n’a été rendue publique qu’après que l’ambassade des Pays-Bas à Belgrade a déclaré qu’elle saluait cette décision. La Première ministre serbe, Ana Brnabić, a ensuite déclaré que la Serbie s’était jointe à la condamnation, mais a exprimé l’espoir que le président de la Biélorussie, Alexandre Loukachenko, n’en tiendrait pas rigueur à la Serbie.

Chaque pourcentage compte

L’année dernière, M. Vučić a souligné que l’harmonisation de son pays avec la politique étrangère était passée de 46 % à 62 %, ce qui, selon lui, correspond à avoir « tenu la promesse » de la Serbie.

Selon l’ISAC Fund, un groupe de réflexion basé à Belgrade, du 1er janvier au 31 décembre 2021, l’Union européenne a émis 85 déclarations de politique étrangère demandant aux pays candidats et aux pays partenaires de s’y conformer, et la Serbie s’est harmonisée avec 52 d’entre elles.

Ce pourcentage est un niveau absolument bas pour un pays des Balkans occidentaux. En comparaison, l’Albanie et le Monténégro se sont totalement alignés, la Macédoine du Nord à 96 % et la Bosnie-Herzégovine à 70 %.

Depuis que M. Poutine a commencé sa guerre en Ukraine, il semblait que le maximum que Belgrade était prêt à offrir était le soutien à la résolution de l’Assemblée générale des Nations unies et à la déclaration du haut diplomate de l’UE Josep Borrell du 22 février, qui « condamne fermement » la décision de la Russie de reconnaître l’indépendance de Donetsk et de Lougansk en tant que républiques indépendantes.

L’alignement sur la déclaration de M. Borrell était essentiel car l’attitude de la Serbie à l’égard de ces documents est surveillée à Bruxelles et incluse dans le pourcentage final de conformité de la Serbie à la politique étrangère de l’UE, ce qui est nécessaire pour progresser vers l’adhésion à l’UE.

Une pression croissante de Bruxelles

Depuis le début de l’invasion de l’Ukraine par la Russie, Bruxelles a déclaré que la Serbie devait choisir un camp et que, si ce n’était pas le bon, il y aurait un prix à payer.

Un groupe de législateurs libéraux au Parlement européen est allé un peu plus loin et a officiellement demandé à la Commission européenne de suspendre temporairement les négociations d’adhésion avec le gouvernement serbe et de refuser tout soutien financier en raison de la décision de Belgrade de ne pas se joindre aux sanctions contre la Russie.

L’explication de M. Vučić était la suivante : « La Serbie ne se précipitera pas dans les hostilités parce que quelqu’un le lui demande ».

Selon les analystes, le gouvernement serbe tente de gagner du temps jusqu’aux élections. Selon eux, la période qui suivra le 3 avril sera cruciale pour les futures relations de la Serbie avec la Russie et l’UE.

https://www.euractiv.fr/section/elargissement/news/lambition-europeenne-de-la-serbie-le-tabou-de-la-campagne-electorale-serbe/