Les sanctions contre la Russie « sont efficaces », affirme l’UE – EURACTIV.fr

Alors que l’UE s’apprête à imposer un nouveau paquet de sanctions contre la Russie, les ministres des Affaires étrangères du bloc ont insisté lundi (18 juillet) sur le fait que les six vagues de sanctions précédentes ont été efficaces.

Le Premier ministre hongrois Viktor Orbán a dénoncé la semaine dernière la stratégie de sanctions de l’UE à l’égard de la Russie, affirmant que Bruxelles faisait plus de tort à l’économie européenne qu’à celle de Moscou et qu’elle s’était « tiré une balle dans les poumons » en nuisant à l’approvisionnement énergétique.

Lors d’un entretien avec des journalistes à Bruxelles, où les ministres des Affaires étrangères de l’UE se sont réunis lundi pour discuter des moyens de combler les lacunes du régime de sanctions et d’accroître la pression sur la Russie, le chef de la diplomatie de l’Union, Josep Borrell, a rejeté cette affirmation.

Des sanctions efficaces

« Certains dirigeants européens ont dit que les sanctions étaient une erreur, une faute », a déclaré M. Borrell aux journalistes.

« Eh bien, je ne pense pas que ce soit une erreur. C’est ce que nous devions faire, et nous continuerons de le faire », a-t-il ajouté, réprimandant les États membres ayant émis des interrogations sur la manière dont les mesures pourraient menacer de plus en plus les approvisionnements énergétiques de l’UE elle-même.

Les données accessibles montrent plutôt que «  le prix du pétrole est au même niveau qu’avant la guerre, au même niveau qu’en février [2022] », a-t-il déclaré aux journalistes.

La plupart des États membres de l’UE affirment que les sanctions sont efficaces, mais il faudra du temps avant que leur impact sur l’économie russe ne se fasse pleinement sentir.

Depuis l’invasion de l’Ukraine par la Russie en février, l’UE a adopté six trains de sanctions : gel des avoirs et interdiction de visa pour les oligarques et les responsables russes, contrôle des exportations, gel des avoirs des banques centrales, déconnexion des banques du système de messagerie SWIFT et interdiction des importations de charbon et de pétrole russes.

M. Borrell a noté que les responsables de l’UE élaboraient des plans visant à interdire les importations d’or russe, mais il a ajouté : « Nous ne parlons pas de “nouveau train de sanctions”, mais de l’amélioration de la mise en œuvre des sanctions déjà existantes. »

« Nous saluons les efforts de la Commission [européenne] et ses propositions de nouvelles sanctions », a déclaré le ministre lituanien des Affaires étrangères, Gabrelius Landsbergis.

« Mais en ce qui concerne les listes de personnes, nous pourrions penser à une liste ouverte, où les noms pourraient être ajoutés dès que nous avons les preuves, sans attendre un nouveau paquet », a-t-il ajouté.

« Nous devons nous concentrer sur une stratégie européenne d’après-guerre », a déclaré M. Landsbergis, ajoutant qu’au-delà de se concentrer sur la façon de punir Moscou, ce sont « les efforts pour intégrer l’Ukraine dans l’UE, pour la reconstruire, qui définiront l’Europe. »

La question de l’unité

Certains dirigeants et diplomates européens à Bruxelles se méfient toutefois de ce que la hausse de l’inflation et des prix de l’énergie et des denrées alimentaires pourrait signifier pour l’unité de l’Union en matière de sanctions.

Le ministre luxembourgeois des Affaires étrangères, Jean Asselborn, a rejeté l’idée de renoncer aux sanctions : « Ce serait fatal si nous le faisions. C’est notre crédibilité qui est en jeu ».

« En temps normal, nous devrions avoir recours à la diplomatie, à l’ONU, pour essayer de régler ce problème. Mais nous ne sommes pas dans une période normale. Nous sommes dans une période où les lois de la jungle comptent », a-t-il déclaré.

Par ailleurs, de nombreux pays européens restent dépendants du gaz russe pour leur approvisionnement énergétique.

La Russie a toutefois commencé à perturber l’approvisionnement en gaz de l’Europe, menaçant la sécurité énergétique de pays comme l’Allemagne, puissance industrielle de l’UE.

« La Russie essaie de nous démoraliser », a déclaré à la presse la ministre d’État allemande aux Affaires européennes, Anna Luehrmann.

« Nous continuerons à soutenir l’Ukraine, à la fois économiquement, politiquement, mais aussi avec des moyens militaires », a déclaré Mme Luehrmann. « Il est très important que les sanctions soient maintenues », a-t-elle ajouté.

Les ministres des Affaires étrangères de l’UE se sont également entretenus par liaison vidéo avec le ministre ukrainien des Affaires étrangères, Dmytro Kuleba, qui, dans ses propos, les a exhortés à ne pas lâcher du lest face à M. Poutine.

« Reculer et se plier à ses exigences ne fonctionnera pas, cela n’a jamais fonctionné. C’est un piège », a déclaré M. Kuleba.

« Je suis sûr que dans les semaines à venir, d’autres voix proches du Kremlin inciteront l’opinion publique à donner à M. Poutine ce qu’il veut afin qu’il laisse l’Europe tranquille », a-t-il déclaré à ses homologues européens.

« Nous devrions activement contrer ces discours », a ajouté M. Kuleba.

https://www.euractiv.fr/section/l-europe-dans-le-monde/news/les-sanctions-contre-la-russie-%E2%80%89sont-efficaces%E2%80%89-affirme-lue/