Les plans de l’OTAN pour renforcer les défenses aériennes européennes – EURACTIV.fr

Les ministres de la défense de l’OTAN, réunis à Bruxelles, ont dévoilé jeudi (13 octobre) des plans visant à renforcer les défenses aériennes de l’Europe, alors que les missiles russes ont continué de frapper les villes et villages ukrainiens au cours des dernières 24 heures.

L’Allemagne et plus d’une douzaine de partenaires de l’OTAN ont annoncé leur intention d’acquérir conjointement des systèmes de défense aérienne qui protègent le territoire allié contre d’éventuelles attaques de missiles.

« Avec cette initiative, nous nous montrons à la hauteur de notre responsabilité commune en matière de sécurité en Europe, en regroupant nos ressources », a déclaré la ministre allemande de la Défense, Christine Lambrecht, lors d’une cérémonie au siège de l’OTAN à Bruxelles, au cours de laquelle 14 pays ont signé une lettre d’intention.

L’initiative, baptisée « European Sky Shield (Bouclier aérien européen) », vise à protéger le territoire des pays alliés et concerne près de la moitié des membres de l’OTAN, à savoir l’Allemagne, la Grande-Bretagne, la Slovaquie, la Norvège, la Lettonie, l’Estonie, la Hongrie, la Bulgarie, la Belgique, la République tchèque, la Finlande, la Lituanie, les Pays-Bas, la Roumanie et la Slovénie.

Les systèmes de défense aérienne concernés par l’acquisition conjointe sont le système israélien Arrow 3, le Patriot américain et les unités IRIS-T allemandes.

« Nous travaillerons rapidement sur les premiers projets communs, l’achat conjoint d’unités Patriot en fait partie, ainsi que du système moderne IRIS-T », a déclaré Mme Lambrecht aux journalistes.

Les systèmes de défense aérienne basés au sol tels que les unités Patriot de Raytheon ou les plus récents IRIS-T sont rares dans de nombreuses nations occidentales, qui ont hésité à investir trop d’argent dans les capacités militaires après la fin de la guerre froide.

Si ces deux systèmes couvrent la couche moyenne de la défense aérienne, les pays discuteront également de l’acquisition de dispositifs pour la couche supérieure, comme l’Arrow 3 produit par Israel Aerospace Industries (IAI) (ISRAI.UL), et de systèmes à courte portée conçus pour protéger des zones plus restreintes ou des convois militaires.

« Nous devons combler ces lacunes rapidement, nous vivons dans une époque menaçante et dangereuse », a déclaré Mme Lambrecht, qui a également signalé qu’elle préférerait acheter l’Arrow 3 pour la couche supérieure.

La France et la Pologne ont toutefois refusé la proposition allemande de rejoindre le bouclier.

Alors que Varsovie a déclaré qu’elle préférait mettre en place son propre système de défense aérienne, la France compte fortement sur l’effet dissuasif de son propre arsenal nucléaire plutôt que d’opter pour des dispositifs conventionnels de missiles antibalistiques.

Avant la réunion des ministres de la Défense de l’OTAN, qui comprend des entretiens à huis clos avec son groupe de planification nucléaire, le ministre américain de la Défense, Lloyd Austin, a promis de défendre « chaque centimètre » du territoire des membres.

Défense antimissile de l’Ukraine

Parallèlement, les alliés de l’OTAN s’efforcent de fournir à l’Ukraine des systèmes de défense aérienne en nombre suffisant pour répondre aux exigences de Kiev, selon les responsables occidentaux.

La guerre menée par la Russie en Ukraine a mis en lumière cette pénurie, alors que Kiev s’efforce d’acquérir le plus grand nombre possible d’unités de défense aérienne pour protéger les villes et les infrastructures critiques des attaques aériennes russes.

Au cours des dernières 24 heures, les missiles russes ont frappé plus de 40 établissements, tandis que l’armée de l’air ukrainienne a effectué 32 frappes sur 25 cibles russes, selon l’état-major des forces armées ukrainiennes.

L’Ukraine a également signalé un pic d’attaques russes avec les drones Shahed-136 au cours des dernières semaines. L’Iran nie avoir fourni les drones à la Russie, tandis que le Kremlin n’a fait aucun commentaire.

Cette semaine, l’Allemagne a fourni le premier des quatre systèmes de défense aérienne IRIS-T à l’Ukraine, tandis que le président américain Joe Biden a promis de continuer à fournir une « défense aérienne avancée » à la suite de ses entretiens avec le président ukrainien Volodymyr Zelensky en début de semaine.

Des responsables de près de 50 pays se sont réunis à Bruxelles mercredi pour coordonner la manière de continuer à répondre au besoin de Kiev de protéger ses citoyens et ses troupes des attaques russes dans le cadre du Groupe de contact sur l’Ukraine.

https://www.euractiv.fr/section/politique/news/les-plans-de-lotan-pour-renforcer-les-defenses-aeriennes-europeennes/