Qui sont les candidats à la présidence de la Commission européenne ?

15.02.2019 Steven Kakon

 

Et quand on dit que la commission n’est pas un executif alors que desormais il est l’émanation de la majorite élue au PE?

A l’issue des élections européennes de mai 2019, le nouveau président de la Commission sera désigné. 

Les partis européens désignent leurs “têtes de liste”. 

 

5 partis politiques européens ont désigné leur tête de liste, ou “Spitzenkandidat“. Ces visages incarneront leur campagne jusqu’au 26 mai. 

Les chefs d’Etat et de gouvernement devront s’entendre sur un candidat, en vertu des traité. S’ils suivent le système du “Spitzenkandidat” lancé en 2014 (ce à quoi certains Etats ne semblent pas  favorables), ils désigneront alors  la tête de liste du parti qui a obtenu le plus de députés européens à l’issue des élections de mai.

Quelque soit leur choix, le Parlement européen validera ou non l’équipe (le “collège”) qui composera la Commission européenne pour les cinq ans à venir. Si le choix des Etats ne satisfait pas les nouveaux députés européens, ils pourront  le retoquer.

Comment est “élu” le président de la Commission européenne ?

Qui sont ces têtes de liste ? 

Manfred Weber : Parti populaire européen (PPE)

Manfred Weber - Crédits : Wikimedia CommonsHomme politique allemand né en 1972 , membre de l’Union chrétienne-sociale (CSU) bavaroise, Manfred Weber est titulaire d’un diplôme d’ingéniérie physique de l’université des sciences appliquées de Munich.

Disciple de la chancelière Angela Merkel, député au parlement régional de Bavière en 2002. Elu en 2004 au Parlement européen, réélu en 2009 et en 2014, il participe à la commission des libertés civiles, de la justice et des affaires intérieures puis à la commission des affaires constitutionnelles. Président du groupe PPE depuis 2014, il est élu à 79%  en novembre 2018 comme  tête de liste pour les élections européennes. Conciliant“, il maitrise mal les langues étrangères.  “Pressenti pour la présidence de la Commission européenne“.

LIRE  : [Revue de presse] Le conservateur allemand Manfred Weber élu chef de file de la droite européenne

 

Frans Timmermans : Parti socialiste européen (PSE, affilié au groupe S&D)

Frans Timmermans - Crédits : FlickrNéerlandais Frans Timmermans, homme politique et diplomate membre du parti Travailliste, né le 6 mai 1961 à Maastricht. Titulaire d’un diplôme en langue française et littérature. Plusieurs fois député de la Seconde chambre du Parlement néerlandais, ministre des Affaires européennes de 2007 à 2010 et des Affaires étrangères de 2012 à 2014. Polyglotte est premier vice-président de la Commission européenne, en charge de l’Amélioration de la réglementation, des Relations interinstitutionnelles, de l’État de droit et de la Charte des droits fondamentaux.

De centre-gauche, “connu pour ses idéaux sociaux-démocratiques, y compris en politiques sociales“.

Ska Keller et Bas Eickhout : Parti vert européen (affilié au groupe Verts/ALE)

Par souci de parité, deux chefs de file pour les élections européennes, élus le 24 novembre 2018.

Ska Keller - Crédits : FlickrSka Keller, née le 22 novembre 1981, écologiste allemande.  A 27 ans,  élue en 2009, faisant sa spécialité des questions migratoires, ainsi que des questions commerciales et de la jeunesse. Réélue en 2014 et  vice-présidente du groupe parlementaire européen des Verts/ALE, elle met l’Europe sociale au cœur de son projet.

Bas Eickhout - Crédits : TwitterBas Eickhout,  néerlandais membre de la Gauche verte, a étudié les Sciences environnementales.Jusqu’en 2000, chercheur à l’Agence d’évaluation environnementale des Pays-Bas (PBL). Député européen depuis 2009. Membre de la commission parlementaire de l’environnement, de la santé publique et de la sécurité alimentaire, il siège  à la Délégation pour les relations avec les Etats-Unis.

Jan Zahradil – Alliance des conservateurs et réformistes européens (ACRE, affiliée au groupe CRE)

Jan Zahradil - Crédits : Parlement européenLe tchèque Jan Zahradil est né le 20 mars 1963.  Etudes de génie chimique et chercheur. Elu à l’Assemblée de la République fédérale tchèque et slovaque en 1992, son mandat s’achève au moment de la dissolution de la Tchécoslovaquie. C’est en 1998 qu’il reprend son activité de parlementaire. Elu au Parlement européen depuis 2004, il rejoint en 2009, Občanská demokratická strana, le groupe des Conservateurs et réformistes européens. Vice-président de la commission parlementaire du commerce international depuis 2009, membre de la Délégation à la commission mixte UE-Turquie.Le 14 novembre 2018, choisi comme Spitzenkandidat.

Violeta Tomič et Nico Cué – Parti de la gauche européenne (affilié au groupe GUE/NGL)

La gauche radicale a choisi de nommer deux candidats.

Violeta Tomič - Crédits : FacebookVioleta Tomič, 56 ans, est comédienne et eurodéputée Membre de la Commission sur l’égalité et la non-discrimination du Conseil de l’Europe. Membre du Parlement slovène depuis 2014 et vice-coordinatrice du parti national Levica. En 2014, elle participe sans succès, aux élections européennes, à la tête d’une alliance slovène de partis de gauche. Le parti la désigne, en janvier 2019, Spitzenkandidat avec Nico Cué.

Nico Cué - Crédits : Party of the European LeftNico Cué, Belge et  figure du mouvement syndical wallon et international. 

 

 

L’Alliance des démocrates et des libéraux pour l’Europe (ADLE)  a le projet de désigner une équipe.

Matteo Salvini a montré un intérêt pour mener la liste du Mouvement pour l’Europe des nations et des libertés (MENL), affiliée au groupe ENL.

L’Alliance Libre Européenne (ALE), qui siège au sein de deux groupes au Parlement européen (Verts/ALE et ECR), désignera son candidat  le 7 mars 2019. Le leader catalan Oriol Junqueras est pressenti.

Le Mouvement politique chrétien européen (ECPM), qui siège au sein du groupe ECR au Parlement européen, pourrait nommer le néerlandais Gert-Jan Segers.

Le Parti démocrate européen (PDE), qui siège au sein du groupe ADLE, n’a pas fait savoir s’il désignerait une tête de liste.

Les partis Printemps européen et Volt Europa souhaitent présenter des têtes de liste mais ne sont pas reconnus par l’Union européenne comme des partis transnationaux. L’ancien ministre grec des Finances Yanis Varoufakis pourrait devenir le candidat du premier, tandis que le candidat du second sera déterminé fin mars 2019.


https://www.touteleurope.eu/actualite/qui-sont-les-candidats-a-la-presidence-de-la-commission-europeenne.html