Le Parlement européen décrète “l’urgence climatique” en Europe, ça veut dire quoi ?

27.11.2019

Propos recueillis par Marie Guitton, à Strasbourg

Jeudi 28 novembre, les députés européens pourraient décréter “l’état d’urgence climatique” en Europe. Une première à l’échelle d’un continent. Mais qu’est-ce que ça changera ? Quelle sera la portée de cette résolution ? Toute l’Europe a posé “3 questions” à Damien Carême, eurodéputé écologiste (EELV).

"Décréter l'urgence climatique, ce n'est pas qu'une décision symbolique", estime Damien Carême, eurodéputé écologiste - Crédits : Marie Guitton / Toute l'Europe

“Décréter l’urgence climatique, ce n’est pas qu’une décision symbolique”, estime Damien Carême, eurodéputé écologiste – Crédits : Marie Guitton / Toute l’Europe

Avant d’être député européen, Damien Carême a été maire de Grande-Synthe (Nord) de 2001 à 2019. Au cours de son mandat, cette commune a été désignée “Capitale française de la biodiversité” en 2010, pour la première édition du prix.

Fin 2014, il quitte le Parti socialiste pour rejoindre au début de l’année suivante Europe Ecologie-Les Verts. En troisième position sur la liste de Yannick Jadot aux élections élections européennes de mai 2019, il est ainsi élu eurodéputé.

A quelques jours de la COP25 (conférence internationale sur le climat), plusieurs groupes politiques du Parlement européen souhaitent décréter “l’état d’urgence climatique” en Europe. Pourquoi ? Qu’est-ce que ça veut dire ?

Mardi matin, il y a encore eu une énième alerte de l’ONU qui demande aux Etats de réduire de 7,6 % leurs émissions de CO2 chaque année entre 2020 et 2030 si on veut rester dans les limites de l’accord de Paris.

Pour l’heure, les émissions ne cessent d’augmenter. Un effort gigantesque est à faire. Et cet effort est aujourd’hui deux fois plus important qu’il ne l’aurait été en 2010 si les Etats avaient commencé à réduire leurs émissions à partir de cette date.

Aujourd’hui, on voit bien les épisodes de changement climatique qui sont en train de se produire : pluies diluviennes, feux de forêts, etc. Il y a donc urgence. Non pas simplement à se déclarer en état d’urgence climatique. Mais aussi, derrière, à faire en sorte que toutes les politiques qui sont décidées, financées et mises en œuvre au niveau européen soient évaluées à l’aune de l’accord de Paris, pour éviter une élévation des températures de plus de 1,5 degré. Dans les transports, l’énergie, l’agriculture, le commerce international…

Les groupes politiques du Parlement européen négocient encore le contenu de la résolution qui sera portée aux voix jeudi. A ce stade, quels sont les points de désaccord ?

Pour nous, les Verts, décréter l’urgence climatique, ce n’est pas qu’une décision symbolique. C’est une décision avec des actes derrière. Il faut que dans tous les domaines traités par l’UE, on soit en état d’urgence climatique, comme on peut être en état d’urgence de guerre. C’est une vraie guerre qu’il faut mener aujourd’hui, en employant tous les moyens qu’il faut.

Pour Pascal Canfin [du groupe Renew Europe, lire l’encadré ci-dessous], il s’agit d’un symbole. Mais on n’a plus besoin de symboles aujourd’hui. On a Greta Thunberg, comme on a eu Severn Cullis-Suzuki en 1992… Depuis, il ne s’est rien passé. Donc nous [le groupe des Verts/ALE] voulons une résolution précise, qui liste des engagements concrets.

Certains groupes politiques placent encore l’économie à la première place. Sur l’emploi, on sait qu’une agriculture plus respectueuse de l’environnement, ou le développement des énergies renouvelables par exemple, ce sont des centaines de milliers d’emplois créés. Donc on peut allier les deux. Mais après, faut-il rester dans un schéma d’hyper consommation ? Faut-il continuer à brûler du pétrole tel qu’on le fait ? Non. Il faudra arriver à une société plus sobre, et il faudra qu’on ne fasse des transactions commerciales qu’avec des pays qui s’engagent sur les mêmes contraintes que nous. Quand va-t-on se décider à limiter nos importations aux seuls produits qui respectent les normes environnementales de l’UE ? Il faut faire comme pour les jouets des enfants, qui doivent respecter nos normes de sécurité. Ça, ça fait partie des différences de vue.

J’espère en tout cas que les eurodéputés reconnaîtront tous l’urgence climatique, même si on a vu lundi, lors du débat en séance plénière, qu’il y avait encore des climatosceptiques dans le camp de l’extrême droite.

La position du groupe Renew Europe

Les eurodéputés du groupe Renew Europe (centristes libéraux) défendent eux-aussi l’adoption d’une résolution “visant à ce que l’Europe soit le premier continent à déclarer l’état d’urgence climatique et environnemental“. Il s’agirait d'”une phrase simple qui décrète l’état d’urgence climatique et environnementale. Et une deuxième phrase qui appelle à agir en conséquence“, explique Pascal Canfin. Mais “dans cette résolution, on ne détaillera pas d’actions précises spécifiques. Ça, ça sera dans le débat sur le Green deal“, plaide l’eurodéputé de la liste Renaissance, qui préside actuellement la commission de l’Environnement du Parlement européen.

C’est là le principal point de débat avec ses anciens collègues d’Europe-Ecologie les Verts. Décréter l’urgence climatique, “ça n’est qu’un symbole“, explique Pascal Canfin. “Mais face à Trump [les Etats-Unis sont sortis de l’accord de Paris], il faut un symbole“.

Ce mercredi, la nouvelle équipe de la Commission européenne est soumise au vote d’approbation des députés européens. Les Verts devraient lui adresser un carton jaune ou un carton rouge, mais pas un “blanc-seing“. Qu’attendez-vous des futurs commissaires, notamment sur le Green deal (pacte vert européen) ?

Qu’on ne dépense plus un seul euro pour des projets qui ne respectent pas l’accord de Paris.

Est-ce que Mme von der Leyen va remettre à plat la politique agricole commune ? Parce qu’on sait que l’agriculture, c’est 40 % des émissions de CO2. Est-ce qu’elle va retravailler sur les transports avec des politiques ambitieuses ? Est-ce qu’elle va dégager de l’argent pour la sobriété et l’efficacité énergétique dans le bâtiment ? Le Green new deal, c’est des actes. Plein de rapports d’experts nous disent comment faire. Il faut le faire maintenant.

https://www.touteleurope.eu/actualite/parlement-europeen-decreter-l-urgence-climatique-en-europe-ca-veut-dire-quoi.html