près de la moitié des européens du Royaume-Uni s’inquiètent pour leurs droits – EURACTIV.fr

Près de la moitié des ressortissants de l’Union européenne vivant au Royaume-Uni craignent de voir le respect de leurs droits se dégrader et de ne pas être traités comme les Britanniques à l’avenir, indique une étude publiée jeudi (13 mai).

Les citoyens de l’UE conservent les mêmes droits de vivre, travailler et accéder à la sécurité sociale au Royaume-Uni après le Brexit s’ils vivaient dans ce pays avant le 31 décembre 2020 et s’enregistrent via un programme, le « EU settlement scheme », avant le 30 juin.

Si une majorité de sondés considère être traitée de manière identique aux citoyens britanniques, près d’un sur deux (44%) n’’est pas confiant dans le fait d’être traité sur un pied d’égalité à l’avenir, indique l’étude menée l’Independent Monitoring Authority (IMA), une organisation chargée de protéger leurs droits.

Cette étude est dévoilée au moment où le journal britannique The Guardian fait état de l’expulsion, à leur arrivée au Royaume-Uni, de ressortissants européens venus notamment y passer un entretien d’embauche, en pleine confusion sur les règles migratoires post-Brexit.

Selon le ministère de l’Intérieur, un visa est désormais requis pour venir travailler dans le pays, mais pas pour participer à des réunions, des conférences ou des entretiens, ni pour négocier ou signer des contrats.

Toutefois, selon le Guardian, au moins une dizaine d’Européens ont été détenus dans des centres de rétention à leur arrivée à l’aéroport londonien de Gatwick puis expulsés, en l’espace de seulement 48 heures la semaine dernière. Le journal évoque d’autres cas également ailleurs dans le pays.

« Je suis toujours sous le choc », a confié au quotidien Maria, une Espagnole de 25 ans venue chercher un emploi, qui a passé trois jours dans un centre de rétention début mai. Son passeport a été confisqué.

Selon un porte-parole du Premier ministre Boris Johnson, la « grande majorité » des Européens ne rencontrent aucun problème à l’arrivée.

Soulignant que « les citoyens européens sont nos amis et nos voisins », il a rappelé que le gouvernement a veillé à communiquer, au sein de l’UE, « pour encourager les ressortissants européens à vérifier les documents et visas nécessaires ».

« Manque de confiance »

L’étude de l’IMA, menée en ligne auprès de quelque 3 000 personnes issues de 27 pays, révèle aussi un « manque de confiance » dans les institutions exprimé par une « minorité significative » des citoyens européens, a indiqué Kathryn Chamberlain, directrice générale de l’IMA lors d’une conférence de presse à l’association de la presse étrangère (FPA).

Un répondant sur deux n’a pas « entendu parler de ses droits de citoyens ».

Parmi les droits les moins connus, celui de la reconnaissance mutuelle des qualifications professionnelles, dont seuls 48% sont au courant.

Un répondant sur 10 (11%) envisage de quitter le Royaume-Uni après le 30 juin 2021, à la fin de la période de grâce pour s’enregistrer. Parmi les raisons évoquées d’un possible départ, un « manque de confiance » dans le gouvernement, un sentiment que le Royaume-Uni est un « endroit moins accueillant » à cause du Brexit, et des inquiétudes sur le fait que leurs droits ne seront pas maintenus.

D’après une estimation du Bureau national des statistiques (ONS) de 2019, 3,6 millions de citoyens européens vivaient au Royaume-Uni. Toutefois, à fin mars 2021, le ministère de l’Intérieur avait reçu 5,4 millions de demandes d’enregistrement.

Dans ses conclusions, l’IMA estime que « les pouvoirs publics ont un rôle crucial à jouer pour instaurer la confiance avec les citoyens européens » et doivent accorder une attention particulière aux personnes « vulnérables et marginalisées ».

https://www.euractiv.fr/section/royaume-uni-en-europe/news/brexit-pres-de-la-moitie-des-europeens-du-royaume-uni-sinquietent-pour-leurs-droits/