Reprise des négociations sur l’Irlande du Nord avec le Royaume-Uni – EURACTIV.fr

[Grain de sel VDB : Pour rappel, si le protocole négocié et accepté par l’UE et le Royaume lors du BREXIT afin d’éviter une frontière dure sur l’’Irlande, la mise en œuvre de contrôles ur les exportations britanniques vers l’Irlande du Nord est  contestée par les unionistes car il sépare l’Irlande du Nord du  marché unique britannique .

Cette frontiere est evidemment un des « hot topics » du Brexit et a plus d’une fois failli faire capoter la sortie du RU dans des conditions sinon idéales au moins acceptables par les parties. Des qu’on parle d’Irlande du Nord – les esprits s’échauffent et l’on peut ressentir à quel point  l’esprit de paix du projet d’Union européenne a un sens, alors que le fantôme  de 3 décennies sanglantes de conflits entre républicains favorables à l’unification de l’Irlande et unionistes attachés au maintien de la province au sein du Royaume-Uni colore la problematique

Des ministres ont confirmé que les négociations entre les responsables britanniques, européens et irlandais devraient reprendre cette semaine pour enfin résoudre le différend de longue date relatif à la mise en œuvre de l’accord du Brexit en Irlande du Nord.

Le ministre irlandais des Affaires étrangères, Simon Coveney, a confirmé mercredi (5 octobre) qu’il rencontrerait le ministre britannique des Affaires étrangères, James Cleverly, pour un dîner à Londres jeudi soir. M. Coveney co-présidera également une conférence intergouvernementale britannico-irlandaise avec le ministre de l’Irlande du Nord, Chris Heaton-Harris, vendredi.

« L’UE a fait preuve d’une volonté de faire des compromis, d’essayer de répondre aux inquiétudes légitimes qui ont été exprimées en Irlande du Nord, et il reste à voir si ce nouveau gouvernement britannique est prêt à faire des compromis pour parvenir à un accord », a-t-il déclaré.

« Mais il est certain que la musique de fond a changé assez fondamentalement, nous nous en félicitons, et nous allons travailler non seulement sur les relations pour rétablir la confiance, mais aussi sur les solutions de manière pratique, et je pense que ce processus commence véritablement cette semaine », a ajouté M. Coveney.

La nouvelle Première ministre Liz Truss a connu des débuts difficiles dans son pays, faisant face à des critiques directes de la part de ses ministres et de ses députés conservateurs concernant son intention d’emprunter plus de 40 milliards de livres sterling pour réduire les impôts, et provoquant ainsi une ruée sur la livre sterling et les obligations d’État. Toutefois, son approche initiale des relations avec l’UE a été beaucoup plus constructive que prévu.

Mme Truss participe jeudi à la première réunion de la Communauté politique européenne, le nouveau forum lancé par le président français Emmanuel Macron, qui vise à rassembler les pays européens membres et non-membres de l’UE.

La Commission européenne a confirmé en début de semaine que les deux parties se rencontreraient pour des discussions de niveau technique.

En début de semaine, le secrétaire d’Etat [« Minister of State » en anglais, ndlr] pour l’Irlande du Nord, Steve Baker, un des plus ardents partisans du Brexit, a surpris les délégués du parti en leur déclarant que les ministres conservateurs devaient faire preuve d’« humilité ». Il leur a ainsi demandé de reconnaître qu’au cours du processus de Brexit, ils « ne se sont pas toujours comportés de manière à encourager l’Irlande et l’Union européenne à nous faire confiance et à accepter qu’elles aient des intérêts légitimes, des intérêts légitimes que nous sommes prêts à respecter, car elles en ont et nous sommes prêts à les respecter. »

« Et je suis désolé à ce sujet parce que les relations avec l’Irlande ne sont pas ce qu’elles devraient être, et nous devrons travailler extrêmement dur pour les améliorer, et je sais que nous le faisons », a-t-il déclaré.

M. Baker a également déclaré qu’il avait profité des funérailles nationales de la reine Elizabeth II au début du mois pour s’excuser personnellement auprès des ministres irlandais, une démarche que le Premier ministre irlandais Micheál Martin a qualifiée d’« honnête et très, très utile ».

Lors de son discours devant les délégués du parti conservateur, mercredi, Mme Truss a réitéré sa promesse de campagne de supprimer des pans entiers de la législation européenne qui demeurent inscrits dans le droit britannique, dans le cadre de son projet de se concentrer sur « la croissance, la croissance et la croissance ».

Elle a également promis une législation « pour garantir qu’aucun juge européen ne puisse nous supplanter en matière d’immigration et d’asile ».

https://www.euractiv.fr/section/royaume-uni-en-europe/news/reprise-des-negociations-sur-lirlande-du-nord-suite-a-lamelioration-des-relations-entre-lue-et-le-royaume-uni/