Le gazoduc bulgaro-grec sous le coup d’une enquête après une plainte du parti pro-russe – EURACTIV.fr


L’Agence d’État pour la sécurité nationale (SANS) a lancé une enquête sur la Bulgarian Energy Holding (BEH) à la suite d’un rapport que le leader du parti pro-russe ABV, Rumen Petkov, a déposé auprès de la police, énumérant des abus dans la construction du gazoduc reliant le pays à la Grèce.

Le projet est essentiel pour assurer l’indépendance du pays vis-à-vis de la Russie, mais il a été retardé par l’achèvement rapide de la construction du Turkish Stream, qui traverse le pays.

Il y a deux semaines, le chef du parti pro-russe ABV, Rumen Petkov, a déposé une plainte auprès de la police pour abus dans la construction de la connexion gazière. Quelques jours plus tard, le SANS a lancé sa propre enquête.

M. Petkov, ancien ministre de l’Intérieur du gouvernement de Sergei Stanishev de 2005 à 2009 et aujourd’hui chef du Parti socialiste européen, affirme que la construction initialement prévue de deux importantes stations de contrôle automatique du gaz a été retirée du contrat de construction avec la société grecque Avax, mais que le montant total du contrat de construction n’a pas changé.

Le projet est cofinancé par la Commission européenne, ce qui signifie que le projet fera très probablement l’objet de sanctions de la part des institutions européennes compétentes et de l’Office européen de lutte antifraude (OLAF), a-t-il ajouté.

Deux jours après le dépôt de la plainte, la société chargée du projet d’oléoduc ICGB a répondu que la construction était financée non seulement par des fonds de l’UE mais aussi par des fonds de la Banque européenne d’investissement, ce qui implique un contrôle supplémentaire. La société affirme que les deux installations ont été supprimées par manque de besoin, et que leur valeur sera déduite des paiements au contractant, qui ne sont effectués que sur la base des coûts vérifiés.

« Alors que la construction touche à sa fin, les attaques contre le projet deviennent plus fréquentes, malgré la phase avancée », ajoute la société.

Les autorités du pays procèdent également à une inspection de la sécurité des informations officielles stockées dans le Holding énergétique bulgare. Au printemps de cette année, il est devenu clair que la Bulgarie ne recevra pas de gaz de la nouvelle interconnexion avec la Grèce avant la mi-2022.

En octobre dernier, EURACTIV Bulgarie a été le premier à annoncer que l’interconnexion gazière, sur laquelle la Bulgarie place tous ses espoirs de diversification des approvisionnements en gaz russe, sera achevée avec un énorme retard.



https://www.euractiv.fr/section/l-europe-dans-le-monde/news/le-gazoduc-bulgaro-grec-sous-le-coup-dune-enquete-apres-une-plainte-du-parti-pro-russe/