L’Autriche est-elle vraiment en train de s’« Orbániser » ? – EURACTIV.fr

L’« Orbánisation » de l’Autriche est devenue une expression courante dans le discours politique autrichien. Mais qu’est-ce qui se cache derrière les allégations de disparition de l’indépendance des médias et du système judiciaire dans la république alpine ?

Les allégations d’« Orbánisation » remontent à la vidéo de l’Ibiza-Gate qui a fait l’objet d’une fuite en mai 2019, dans laquelle on voyait le chef du Parti de la liberté d’Autriche (FPÖ) et plus tard vice-chancelier, Hans Christian Strache, présenter la Hongrie comme un modèle pour l’Autriche.

« Je veux un rôle comme Orbán », a déclaré M. Strache dans la vidéo ayant fait l’objet d’une fuite, en référence au Premier ministre hongrois Viktor Orbán. « Nous voulons construire un paysage médiatique similaire à celui d’Orbán ».

Deux ans plus tard, le chancelier Sebastian Kurz et son Parti populaire autrichien (ÖVP) sont critiqués pour l’influence qu’il semble exercer sur les médias autrichiens et ses relations avec le pouvoir judiciaire.

Les accusations de l’opposition sont féroces :

« Le parti de Kurz tente de reconstruire l’Autriche sur le modèle du Premier ministre hongrois autoritaire Orbán », a déclaré à EURACTIV le président fédéral du SPÖ, Christian Deutsch.

« Tout comme Orbán, Kurz et l’ÖVP tentent de mettre les médias sous leur contrôle », a déclaré M. Deutsch, en pointant du doigt le contrôle total des messages, les menaces contre les journalistes et le placement de publicités gouvernementales comme exemples de l’influence présumée du style de M. Orbán sur les médias.

Toutefois, si l’Autriche occupe toujours un rang très élevé dans le classement mondial de la liberté de la presse par rapport à d’autres pays de l’UE, sa position s’est régulièrement détériorée ces dernières années.

Le pays se classe désormais au 17e rang mondial, dépassant d’autres pays européens comme la France (34e place) ou le Royaume-Uni (33e place), et bien plus haut que la Hongrie (92e place).

Cependant, il y a « des développements qui sont des raisons de s’inquiéter », a déclaré à EURACTIV Fritz Hausjell, spécialiste des médias et membre du conseil d’administration de Reporters sans frontières.

Il a fait référence aux acquisitions douteuses de médias et à la publicité gouvernementale comme quelques exemples de ces développements inquiétants.

Le bureau de M. Kurz, contacté par EURACTIV pour commenter ces allégations, n’a pas répondu.

Acquisition de médias

La vidéo de 2019 qui a fait l’objet d’une fuite a montré que M. Strache était désireux d’acheter le paysage médiatique autrichien et de façonner le discours politique autrichien en sa faveur.

« Et en effet, nous avons quelqu’un qui n’avait pas été actif dans le secteur des médias avant d’acquérir des parts importantes des plus grands journaux autrichiens », a déclaré M. Hausjell.

Sous les feux de la rampe : le magnat de l’immobilier René Benko, dont les actifs sont estimés à 4,7 milliards d’euros. M. Benko, un partisan de M. Kurz, considéré comme appartenant à son cercle le plus intime, avait acheté deux des plus grands journaux autrichiens quelques mois seulement avant l’Ibiza-Gate.

Il détient actuellement environ 25 % de deux des plus grandes entreprises médiatiques autrichiennes et a le « souhait explicite de devenir plus actif en tant que copropriétaire », a déclaré M. Hausjell à EURACTIV.

Lorsque M. Benko a voulu acheter une propriété de 60 millions d’euros au cœur de Vienne, le tribunal de district a été ouvert spécialement pour lui pendant les vacances et un fonctionnaire a été ramené de vacances pour faire passer la transaction.

L’affaire a donné lieu à des allégations selon lesquelles il s’agissait d’un échange de faveurs politiques.

« Il y aurait eu d’autres candidats, mais le gouvernement a préféré un entrepreneur. On peut donc se demander si l’un des éléments de cette soi-disant “Orbánisation” n’a pas commencé à se manifester ici », a déclaré M. Hausjell.

Les publicités gouvernementales et l’appareil de relations publiques

Il existe également d’autres moyens d’influencer les médias, notamment par le biais de publicités payées par le gouvernement dans les journaux.

En 2020, le gouvernement a placé des publicités d’une valeur de 47 millions d’euros dans les médias, soit trois fois plus que le gouvernement précédent. Les médias tabloïds favorables au gouvernement sont les grands bénéficiaires de ce budget publicitaire luxuriant.

« Il y a un chevauchement ici en ce qui concerne l’amabilité du gouvernement et le placement de publicités », a déclaré M. Hausjell.

Les médias autrichiens sont financièrement dépendants de ces publicités gouvernementales, ce qui les met sous pression pour rendre compte de manière plus favorable des affaires gouvernementales.

« En raison de la manière dont les publicités gouvernementales se sont développées ces dernières années, de nombreux événements politiques n’atteignent plus la scène médiatique », a précisé M. Hausjell, critiquant la dépendance et les restrictions de reportage de nombreuses sociétés de médias.

M. Kurz a également développé l’appareil de relations publiques du gouvernement à un niveau inconnu jusqu’alors : environ 60 personnes sont employées dans la seule Chancellerie fédérale.

« C’est définitivement un problème », a insisté M. Hausjell, faisant référence à la disproportion entre l’appareil de relations publiques du gouvernement et la taille décroissante des rédactions dans les journaux. « Dans cet amalgame, le journalisme subit une pression considérable », a-t-il souligné.

Enquêtes contre les proches de M. Kurz

Depuis que M. Kurz, qui aura 35 ans en août, a accédé à la chancellerie, nombre des postes politiques les plus importants ont été confiés à des personnalités qui lui sont fidèles.

Les échanges en ligne de Thomas Schmid, l’ancien directeur unique de la holding indépendante Österreichische Industrieholding’s (ÖBAG), qui ont été rendus publics, montrent comment ce poste a fonctionné dans la pratique.

M. Schmid a obtenu le poste d’administrateur de ÖBAG en 2019, grâce à l’intervention directe de M. Kurz et du ministre des Finances Gernot Blümel.

M. Blümel lui a écrit que « SchmidAG est prêt » immédiatement après la décision de ÖBAG sur sa nomination et a qualifié M. Schmid de « famille ». « Tu peux obtenir tout ce que tu veux de toute façon », lui a assuré M. Kurz, ce à quoi M. Schmid a répondu : « Je suis tellement heureux, j’aime mon chancelier ».

Le parquet de l’économie et de la corruption (WKStA) a déclaré que cette discussion pourrait faire allusion à un potentiel échange de faveurs entre les deux.

Mais le système de M. Kurz commence à vaciller. Huit hauts représentants de l’ÖVP font actuellement l’objet d’une enquête de WKStA pour diverses raisons, dont le ministre des Finances Blümel, mais aussi Kurz lui-même.

En réponse, l’ÖVP est passé à l’offensive. Après l’annonce de l’enquête contre M. Blümel en février, le chancelier a déclaré à propos du bureau du procureur : « Il y a eu tellement de fautes professionnelles que je crois qu’il est urgent d’y apporter des changements ».

De nombreux avocats de haut niveau ont vu dans cette démarche une attaque contre l’indépendance du pouvoir judiciaire.

Christian Deutsch (SPÖ) a également critiqué la démarche et a déclaré à EURACTIV que les attaques contre le pouvoir judiciaire « mettent en danger la démocratie » et « sapent la confiance » dans l’indépendance du pouvoir judiciaire.

Les tirades de l’ÖVP contre les procureurs se poursuivent cependant. Tout récemment, le président du club de l’ÖVP, August Wöginger, a qualifié l’enquête contre ses collègues de parti de « politiquement motivée ».

L’avocat constitutionnel Franz Merli a déclaré à EURACTIV que l’ÖVP serait bien inspiré de « laisser le ministère public travailler en paix. »

Cependant, malgré les récents scandales qui entourent le réseau de M. Kurz, son parti peut toujours compter sur un soutien considérable de l’électorat. L’ÖVP obtient actuellement 33 % des voix, son principal concurrent, les sociaux-démocrates, accusant un retard de 8 points.

Les sites contaminés autrichiens

Le problème de l’influence de la politique dans le secteur des médias est un phénomène qui hante l’Autriche depuis longtemps. Par exemple, des spéculations répétées ont été faites sur l’influence exercée sur les reportages des médias par des gouvernements qui étaient déjà sous la direction du SPÖ.

En outre, l’Autriche a une longue tradition de journaux de partis, une tendance qui a été renforcée par la numérisation.

Le FPÖ, le SPÖ et l’ÖVP gèrent tous leurs propres journaux en ligne, même si leur apparence est aussi neutre que possible, de sorte que les lecteurs ne sont souvent même pas conscients qu’il s’agit d’un journal de parti. Dans certains cas, ces médias en ligne génèrent plus de visites que les journaux établis.

L’influence de la politique sur le paysage médiatique n’est donc pas nouvelle en soi. Toutefois, une tendance clairement négative peut être identifiée sous le gouvernement Kurz.

« Le problème n’a pas été développé par M. Kurz, mais il a été intensifié par M. Kurz », a déclaré M. Hausjell.

En ce qui concerne l’« Orbánisation » du système judiciaire autrichien, le débat semble toutefois exagéré ; l’attaque contre le pouvoir judiciaire n’est que verbale — pour l’instant — et de toute façon, l’Autriche est loin de se reconstruire à l’image d’Orbán.

« Je peux seulement dire qu’il y a une tendance à s’en prendre au système judiciaire. Mais ce n’est pas forcément un mauvais signe, car une croyance inconditionnelle en l’objectivité du pouvoir judiciaire n’est pas non plus la meilleure chose pour une société démocratique », a déclaré à EURACTIV Alexander Somek, professeur de droit à l’université de Vienne.

Et d’ajouter : « Nous ne pouvons pas actuellement estimer où cela va aller. »

https://www.euractiv.fr/section/l-europe-dans-le-monde/news/is-austria-facing-its-own-orban-moment/