L’Allemagne divisée sur la réforme du marché de l’électricité sugérée par l’UE – EURACTIV.fr

L’Agence de l’Union européenne pour la coopération des régulateurs de l’énergie (ACER) a recommandé la division de la zone unique d’enchères pour l’électricité en Allemagne. Cette mesure a suscité des inquiétudes, notamment dans le sud du pays, où les prix sont maintenus à un niveau artificiellement bas.

La taille de la zone d’enchères pour l’électricité en Allemagne, où les prix de gros de l’électricité sont uniformisés, pose depuis longtemps problème aux régulateurs.

Aujourd’hui, alors que l’Europe est confrontée à des crises simultanées du gaz et de l’électricité, l’ACER cherche à améliorer l’efficacité d’un marché qui subit la pression des prix record du gaz et de l’affaiblissement du parc nucléaire français.

« L’ACER a pris une décision sur les configurations alternatives des zones d’enchères pour l’électricité », a déclaré l’agence le 9 août.

L’agence a proposé quatre configurations alternatives pour diviser le marché unique allemand de l’électricité en quatre zones d’enchères.

Ces configurations permettraient notamment de réduire la pression sur le réseau à longue distance et sur les États du nord, qui produisent de grandes quantités d’énergie renouvelable, ainsi que d’alléger les factures des consommateurs de ces régions.

Il s’agit d’une idée répandue parmi les universitaires.

« Certains affirment que nous avons des problèmes plus importants à traiter pour le moment, tandis que d’autres comme moi — souvent des universitaires — aiment en réalité évoquer cette idée à la moindre occasion », avait expliqué Leonardo Meeus, le nouveau directeur de la Florence School of Regulation, lors d’un entretien accordé à EURACTIV en juin.

« Je pense effectivement que cela pourrait faire partie de la solution », avait-il poursuivi. « Parce que sinon, les prix ne reflètent pas la réalité des actifs de production et de transmission d’électricité dans cette région, ce qui constitue la base du fonctionnement du marché. »

Avec des prix uniformes, le risque est que la congestion du réseau ne soit jamais résolue. « Si vous essayez de cacher [cette congestion], alors personne n’en tient compte, et il faut régler le problème, ce qui est très coûteux », avait expliqué M. Meeus.

Cependant, les législateurs allemands sont peu enclins à réformer les zones d’enchères dans un pays où les intérêts industriels se mêlent à la politique.

Et aucun d’entre eux ne veut être considéré comme responsable de la hausse des prix de l’électricité pour les consommateurs de sa région. Une hypothèse couramment admise est que les prix de l’électricité dans le sud seraient deux fois plus élevés que ceux du nord si les zones étaient divisées, et ce, en raison de la faible production d’énergie renouvelable et de la lenteur du développement du réseau.

La politique

La division des zones d’enchères pour l’électricité s’inscrit dans le cadre de tensions de longue date entre le sud de l’Allemagne, plus riche, et les Länder du nord du pays, plus pauvres, qui ont beaucoup investi dans les énergies renouvelables.

« Il est injuste que ceux qui produisent le plus d’énergie renouvelable payent le prix le plus élevé pour l’électricité », a déclaré Manuela Schwesig, ministre-présidente SPD du Mecklembourg–Poméranie-Occidentale, un Land de la mer Baltique.

Les responsables politiques bavarois n’ont pas tardé à réagir. « Maintenant, Manuela Schwesig veut punir les citoyens bavarois parce qu’il y a moins de vent ici. Difficile de faire plus audacieux », a commenté Martin Huber, secrétaire général du parti conservateur bavarois CSU qui dispose d’un important pouvoir au sein du parlement allemand.

Les membres du parlement allemand craignent également de donner le sentiment d’imposer involontairement une hausse des prix de l’électricité à leur électorat.

« Une division en zones pour l’électricité doit être considérée comme négative pour l’Allemagne dans son ensemble », a déclaré Andreas Lenz, député conservateur de Bavière et membre de la commission de l’énergie et du climat.

« Des zones d’enchères différentes pour l’électricité constitueraient un désavantage concurrentiel, en particulier pour le sud de l’Allemagne », a-t-il confié à EURACTIV.

« La discussion sur les zones de prix pour l’électricité entre l’Europe et l’Allemagne a une longue histoire », a expliqué Ingrid Nestle, porte-parole des Verts au parlement allemand sur les questions d’énergie et de climat.

« Il est difficile d’imaginer que des décisions révolutionnaires seront prises ici à court terme », a indiqué Mme Nestle. « Mais c’est vrai : en Allemagne, nous devons faire un choix entre une expansion des réseaux électriques nettement plus importante qu’auparavant ou la mise en place d’une conception du marché plus régionale », a-t-elle confié à EURACTIV.

Le SPD, parti social-démocrate, et le FDP, parti libéral, n’ont pas répondu à notre demande de commentaires.

Dans le traité de coalition du gouvernement allemand, on peut lire ceci : « Nous nous engageons à poursuivre l’intégration du marché intérieur européen de l’énergie », ce qui renvoie aux discussions actuellement en cours sur la refonte du marché allemand de l’électricité.

Les premières propositions concrètes du gouvernement sur les zones d’enchères sont attendues d’ici 2022.

Le mécontentement du régulateur de l’électricité

Pour le régulateur du réseau allemand, l’ACER « ne tient pas compte des avantages potentiels que des zones d’enchères plus vastes pourraient apporter », évoquant une liquidité et une concurrence accrues sur le marché.

Au lieu de cela, l’approche de l’ACER « ignore le fait que des zones d’enchères plus grandes et harmonisées fournissent une liquidité importante et des signaux de prix pour l’ensemble du marché intérieur de l’énergie », a déclaré l’agence fédérale des réseaux.

Le régulateur allemand a suggéré de combiner plusieurs États membres pour faciliter la distribution optimale des zones d’enchères de l’électricité, selon un protocole du 8 août.

Le ministère de l’Économie et du Climat n’a pas répondu à notre demande de commentaire.

https://www.euractiv.fr/section/energie/news/lallemagne-divisee-sur-la-reforme-du-marche-de-lelectricite-sugeree-par-lue/