Mélenchon et Maurel scellent leur alliance pour les européennes – EURACTIV.fr


L’eurodéputé ex-socialiste et le patron de la France insoumise veulent défendre la « souveraineté populaire » au sein de l’UE. Quitte à défendre le gouvernement italien d’extrême droite dans son conflit avec Bruxelles.

L’union libre entre l’ancien socialiste Emmanuel Maurel et le leader de la France Insoumise, Jean-Luc Mélenchon a été officialisée le 24 octobre à Strasbourg au Parlement européen.

À l’occasion d’une conférence de presse commune, les deux hommes politiques ainsi que l’eurodéputé Younous Omarjee ont évoqué une liste commune aux élections européennes de mai 2018.

« L’idée, c’est qu’on présente ensemble une liste aux élections européennes », a lancé Jean-Luc Mélenchon. « Présenter une liste commune est une hypothèse envisagée et envisageable » a nuancé Emmanuel Maurel.

Dans cette union électorale, chacun devrait conserver son propre parti. Mais les idéaux communs notamment en matière de politique européenne sont suffisamment importants pour une campagne commune, notamment sur les thèmes de l’évasion fiscale, de l’écologie et  de la lutte contre le libre-échange.

La convergence était attendue, depuis le départ d’Emmanuel Maurel et Marie-Noëlle Lienemann du Parti socialiste, chefs de file de l’aile gauche du PS. La campagne européenne devrait ainsi s’articuler autour d’un axe anti-Macron, déjà largement porté par les Insoumis. «  Nous voulons renouer avec la souveraineté populaire, avec  une Europe qui se fait sans défaire la France, un axe qui nous opposera de manière brutale à Emmanuel Macron » a expliqué Emmanuel Maurel.

« Nous ferons des élections européennes en France un référendum anti-Marcon » a confirmé Younous Omarjee.

Soutien au gouvernement italien

La liste portée par le nouveau tandem devrait se dissocier de la famille de la gauche radicale européenne (GUE-NGL) au sein de laquelle siège aujourd’hui La France Insoumise au Parlement européen, avec qui la rupture est consommée.

Au travers de son mouvement européen  baptisé « Maintenant le peuple », LFI compte créer une nouvelle famille politique d’extrême gauche, plus orientée vers le souverainisme des peuples.

La défense inconditionnelle de la souveraineté populaire portée par Jean-Luc Mélenchon et son nouvel allié a d’ailleurs poussé les deux hommes à prendre parti pour  le gouvernement italien et son e vice-premier ministre d’extrême-droite, Matteo Salvini, dans son conflit avec Bruxelles sur le budget.

« Il faut prendre parti pour le gouvernement italien contre la Commission européenne, même si on désapprouve le gouvernement italien, ce qui est notre cas », a affirmé Jean-Luc Mélenchon.

La veille, la Commission européenne a rejeté le budget italien, une première. « La Commission européenne attaque l’Italie sur le non-respect des règles budgétaires, alors que la priorité, ça serait de contester le gouvernement Italie sur la question des libertés fondamentales » a pour sa part martelé Emmanuel Maurel.

Soutien de l’extrême droit

L’annonce de la campagne commune pour les européennes entre Maurel et Mélenchon est arrivée dans la foulée de perquisitions menées le 16 octobre au siège de La France insoumise et du Parti de gauche, ainsi qu’aux domiciles de Jean-Luc Mélenchon et d’anciens assistants du député LFI.

La justice a ouvert deux enquêtes préliminaires portant sur des emplois présumés fictifs de parlementaires européens et sur les comptes de campagne de l’ex-candidat à la présidentielle. La question des emplois fictifs au Parlement européen est e RN (ex-FN) est lui aussi dans le collimateur de la justice pour une affaire d’emplois fictifs présumés au Parlement européen.



https://www.euractiv.fr/section/elections/news/melenchon-et-maurel-scellent-leur-alliance-pour-les-europeennes/