Les européennes sont aussi suivies dans les pays candidats à l’adhésion – EURACTIV.fr


Bien qu’ils ne votent pas, les européennes intéressent les Serbes. Leur résultat influencera de fait l’avancement de leurs négociations d’adhésion. Un article d’Euractiv Serbie.

Les élections européennes de mai, qui détermineront la composition de la prochaine Commission. Pour la Serbie, il est essentiel de savoir qui dirigera le Service européen pour l’action extérieure et s’il y aura un commissaire – et de quelle nationalité – à l’élargissement.

À court terme, les élections retarderont la publication des rapports annuels d’avancement sur les efforts de la Serbie et des autres pays des Balkans, qui sont normalement publiés en avril, mais ne paraîtront qu’à la fin mai. Ce délai a pour but d’empêcher que la question de l’élargissement favorise le sentiment de rejet populiste avant le scrutin, selon Dušan Reljić, qui dirige le bureau bruxellois de l’Institut allemand des affaires internationales et de sécurité (SWP).

L’élargissement n’est pas exactement un sujet populaire au sein de l’Union européenne, ont souligné les participants à une conférence sur l’intégration européenne en Serbie. Les gouvernements ne veulent donc pas l’imposer aux citoyens (et contribuables) avant les élections. Pour dépasser les réticences, les pays candidats et les États membres devraient tous faire plus d’efforts.

Pour Suzana Grubješić, secrétaire générale du Mouvement européen serbe (EMinS), les pays candidats doivent accélérer les réformes et améliorer l’état de droit, la liberté des médias et la lutte contre la corruption, entre autres. Ces avancées doivent se faire avant l’adhésion, puisqu’une fois les pays admis dans le club européen, l’UE perd ses moyens de pression sur eux.

Au total, 16 chapitres de négociations ont été ouverts dans les discussions d’adhésion de la Serbie. Deux ont été temporairement refermés. Avec le Monténégro, c’est le pays de la région le plus avancé dans la procédure.

Les efforts des candidats ne suffisent cependant pas et les gouvernements des États membres doivent aussi promouvoir l’élargissement et convaincre leurs concitoyens que l’entrée dans le bloc des pays des Balkans apporterait beaucoup à l’Europe, estime Ksenija Milenković, assistante au ministère serbe de l’Intégration européenne.

Suzana Grubješić est d’accord, et prévient que si l’UE ne parvient pas à accepter ces pays, « d’autres puissances pourraient en profiter ».

Les participants à la conférence ont aussi souligné l’importance du soutien économique aux Balkans occidentaux. Ils sont en faveur de plus grandes aides européennes à la croissance régionale. Les taux de croissance des pays en question sont positifs, mais pas assez dynamiques pour les amener au niveau de l’UE.

Dušan Reljić souligne par ailleurs que l’immigration n’est plus l’inquiétude principale des Européens, et que la question des inégalités croissantes dans des sociétés riches serait plus essentielle pour les élections.



https://www.euractiv.fr/section/elargissement/news/european-elections-also-important-for-countries-striving-to-join-eu/