Jeudi 11 mai, Emmanuel Macron a reçu le prix Charlemagne  d’Aix-la-Chapelle ancienne capitale de l’empire carolingien,  la plus prestigieuse et la plus ancienne des distinctions européennes des mains de la chancelière Angela Merkel (qui en ce moment lui fait la tête) , pour le récompenser de son engagement européen.

Occasion pour le président de prôner l’avènement d’une #Europe forte et d’exhorter la chancelière allemande à agir en ce sens (ce qu’elle a fortement apprécié dans le contexte de léger refroidissement des relations en lien avec ce qu’elle doit tenir en interne coté coalition (bref bref  l’Europe c’est toujours si compliqué! ).

Je cite  entre autres : (voir YouTube a partir de la 50è minute

« L’Europe ne doit plus subir ni accepter que sa souveraineté soit bridée par les géants du numérique ou par les décisions de Washington »

« Ne nous divisons pas (…) Réveillez-vous ! La France fait ses réformes » (cà c’est pour elle)?!

« Paris et Berlin [doivent] se délivre[r] de leurs propres tabous » et notamment  « fétichisme pour les excédents budgétaires et commerciaux ». voir la réaction de l’ancien président du Parlement Européen Martin Schulz, ) ,

« Eloge de la prise de risque et de l’utopie » … « La décision américaine sur le nucléaire iranien (…) rend ce sursaut franco-allemand encore plus pressant« .

https://www.touteleurope.eu/revue-de-presse/prix-charlemagne-emmanuel-macron-defend-son-projet-europeen-et-presse-l-allemagne-d-agir.html

Et sinon ….

Libération évoque par ex qu’AM  a loué l’implication et le courage de son «ami Emmanuel», tout en constatant tranquillement leurs désaccords : «Oui, ce sont des discussions difficiles car les cultures sont différentes. Mais nous allons avancer sur l’union bancaire, sur l’union des marchés des capitaux, nous allons renforcer la zone euro, nous allons la rendre plus compétitive.»

 

Clement

Titulaire d’un master « Affaires Internationales et Stratégie d’entreprise » (Sciences Po Toulouse), je me spécialise dans les questions de développement commercial en France et à l’export. Passé par le Sénat, Ubifrance et le monde associatif angevin et toulousain, je suis curieux, créatif, dynamique, et surtout passionné par l’art et la culture.

En rapport :