by Marcel GRIGNARD & Edouard-François de LENCQUESAING

“Désastreux”. C’est le terme choisi par Donald Trump pour qualifier l’accord nucléaire iranien et annoncer que son pays comptait en sortir.

La décision unilatérale des États-Unis de se retirer du traité international sur le nucléaire iranien est l’expression de leur souveraineté. Mais la menace de sanctions qu’elle entraîne sur les entreprises européennes qui, conformément au traité, poursuivraient des échanges économiques et commerciaux avec l’Iran, est une mise en cause inacceptable de la souveraineté de l’Union et des États membres.

Les États-Unis s’appuient sur le principe d’extra-territorialité qui leur permet de mettre en cause les opérations ayant un attachement indirect à leur pays (usage du dollar, de systèmes d’information américains comme Thomson-Reuter, composants d’origine nord-américaine…). Cette pratique accroît l’asymétrie du monde multipolaire en faveur d’un pays au mépris de décisions souveraines et démocratiques des autres.

Souveraineté partagée

Nous sommes donc face à un défi politique majeur qui remet en jeu la notion de souveraineté tant nationale qu’européenne. Dans ce rapport de forces, un rééquilibrage s’impose et l’échelon européen est le seul. C’est cette souveraineté partagée en faveur de laquelle plaide le président Macron qui est l’unique moyen pour les États membres de protéger leurs décisions démocratiques dans un monde multipolaire et, de fait ainsi, de continuer à exister.

Le dossier États-Unis-Iran est porteur de vertus pédagogiques : il nous fait toucher du doigt les véritables enjeux qui touchent les citoyens. Des entreprises européennes sont sur le point de renoncer à des investissements en Iran : y aller, c’est prendre le risque de sanctions, ne pas y aller c’est laisser le champ libre à d’autres qui vont s’y précipiter ; à moyen terme, ce sont des emplois qui manqueront à l’appel.

Devises comme outil stratégique

À court terme, il faut faire de l’euro une monnaie de facturation et de paiement

Un autre domaine est la réciprocité possible des sanctions.

Il faut opter pour une critique constructive de l’Europe et définir les choix qui garantiront notre souveraineté

http://confrontations.org/slider/nucleaire-iranien-la-souverainete-europeenne-au-defi/

Clement

Titulaire d’un master « Affaires Internationales et Stratégie d’entreprise » (Sciences Po Toulouse), je me spécialise dans les questions de développement commercial en France et à l’export. Passé par le Sénat, Ubifrance et le monde associatif angevin et toulousain, je suis curieux, créatif, dynamique, et surtout passionné par l’art et la culture.