Le 18 avril, la Commission a présenté le résultat des négociations sur les projets d’accords commerciaux avec le Japon et Singapour.

Ces deux traités, que l’exécutif européen souhaite mettre en œuvre d’ici 2019, pourraient poser les jalons d’un futur accord d’envergure avec l’ASEAN, l’association des nations de l’Asie du Sud-Est.
En valeur, l’accord UE-Japon, également intitulé « JEFTA » pour « Japan-EU Free Trade Agreement », représente le plus important accord de commerce bilatéral négocié par l’UE. Le partenariat économique avec le Japon porte en  sur un marché de 600 millions de consommateurs et un tiers de l’économie mondiale. Comme le CETA, cet accord de partenariat économique de nouvelle génération porte non seulement sur la suppression des droits de douanes et des barrières non tarifaires, mais étend également la collaboration à la libéralisation des investissements, la concurrence, l’accès aux marchés publics, la protection des droits de propriété intellectuelle et le développement durable.

L’accord avec Singapour, premier accord bilatéral conclu avec un membre de l’ASEAN, constitue une porte d’entrée pour les autres accords que l’Union européenne négocie actuellement avec les États membres de l’association régionale. L’île est de loin le premier partenaire commercial de l’Unionparmi les pays de l’ASEAN avec un volume total d’échanges de marchandises en 2017 de 53,3 milliards d’euros et de 44,4 milliards d’euros pour les services en 2016, qui représentent un peu moins d’un tiers de l’ensemble des échanges de biens et de services entre l’UE et l’ASEAN.Dans le même temps, Singapour représente environ deux tiers des investissements entre les deux régions, avec des investissements bilatéraux de 256 milliards d’euros en 2016. Plus de 10 000 entreprises de l’UE sont établies à Singapour et utilisent cet État comme plaque tournante pour desservir l’ensemble du pourtour du Pacifique.

L’UE a également négocié dans ces accords, des partenariats stratégiques avec le Japon et Singapour. Ceux-ci permettent de rapprocher les parties sur le plan politique en renforçant le dialogue institutionnel par une coopération plus étroite, pour défendre des positions communes dans les instances bilatérales et multilatérales.

https://www.touteleurope.eu/actualite/la-commission-propose-de-signer-les-accords-de-libre-echange-avec-le-japon-et-singapour.html

Clement

Titulaire d’un master « Affaires Internationales et Stratégie d’entreprise » (Sciences Po Toulouse), je me spécialise dans les questions de développement commercial en France et à l’export. Passé par le Sénat, Ubifrance et le monde associatif angevin et toulousain, je suis curieux, créatif, dynamique, et surtout passionné par l’art et la culture.