Je m’engage car on vit un moment dangereux – L’Europe en 9 actions proposée par LREM

  • Faire de l’Europe une puissance verte   
  • Bâtir l’Europe de la justice sociale et fiscale
  •   Faire respecter l’Europe dans la mondialisation  
  •   Donner à l’Europe les moyens de se défendre  
  •   Faire respecter nos valeurs et nos frontières    Unir autour de l’identité européenne  
  • Rendre l’Europe aux citoyens   
  • Pour une politique féministe européenne  
  •  Réussir la Renaissance européenne  
  • 9 propositions principales pour une Renaissance européenne: “  1 000 milliards dans la transition écologique – Banque du Climat- taxe sur les géants du numérique – Directive « Éthique des entreprises – Armée européenne – Politique européenne de l’asile et sauvegarderons Schengen – Erasmus accessible des collégiens aux apprentis- Accès aux fonds européens selon respect de l’État de droit et à la convergence sociale – « Pacte Simone Veil » pour tirer les droits des femmes vers le haut- Conférence pour l’Europe qui réunira dirigeants et citoyens tirés au sort”

  La tribune du président de la République  

« Citoyens d’Europe,
[…] Nous devons tenir debout. Fiers et lucides. Dire d’abord ce qu’est l’Europe. C’est un succès historique : la réconciliation d’un continent dévasté, dans un projet inédit de paix, de prospérité et de liberté. Ne l’oublions jamais.

Ce projet continue à nous protéger aujourd’hui : quel pays peut agir seul face aux stratégies agressives de grandes puissances ? Qui peut prétendre être souverain, seul, face aux géants du numérique ? Comment résisterions-nous aux crises du capitalisme financier sans l’euro, qui est une force pour toute l’Union ? L’Europe, ce sont aussi ces milliers de projets du quotidien qui ont changé le visage de nos territoires, ce lycée rénové, cette route construite, l’accès rapide à Internet qui arrive, enfin. Ce combat est un engagement de chaque jour, car l’Europe comme la paix ne sont jamais acquises […].

Mais il y a aussi le piège du statu quo et de la résignation. Face aux grands chocs du monde, les citoyens nous disent bien souvent : « Où est l’Europe ? Que fait l’Europe ? ». Elle est devenue à leurs yeux un marché sans âme. Or l’Europe n’est pas qu’un marché, elle est un projet […].
Les nationalistes se trompent quand ils prétendent défendre notre identité dans le retrait de l’Europe ; car c’est la civilisation européenne qui nous réunit, nous libère et nous protège.
Mais ceux qui ne voudraient rien changer se trompent aussi, car ils nient les peurs qui traversent nos peuples, les doutes qui minent nos démocraties. Nous sommes à un moment décisif pour notre continent ; un moment où, collectivement, nous devons réinventer politiquement, culturellement, les formes de notre civilisation dans un monde qui se transforme. C’est le moment de la Renaissance européenne. »