Européennes : le programme commun du Parti socialiste, de Place publique, de Nouvelle Donne et du Parti radical de gauche en 2 minutes



Actualité


17.05.2019

Boran Tobelem

Portée par Raphaël Glucksmann (Place publique) pour les élections européennes du 26 mai, la liste “Envie d’Europe écologique et sociale” propose “une alternative sociale et écologique face au libéralisme et au nationalisme“. Voici les principaux points de son programme.  

Logo de la liste "Envie d'Europe écologique et sociale" pour les élections européennes

Logo de la liste “Envie d’Europe écologique et sociale” pour les élections européennes

Le programme de la liste PS-Place Publique-Nouvelle Donne-PRG est doté de 119 propositions, réparties en 10 “combats écologiques et sociaux pour changer la vie des Européennes et des Européens” :

L’écologie et la justice sociale d’abord !

Pour financer ses ambitions écologiques (investissement dans la recherche, rénovation des logements, sortie complète du charbon, développement des transports collectifs et de l’agroécologie…), la liste propose notamment l’investissement d’en moyenne 400 milliards d’euros par an dans la transition écologique, à travers des prêts et des subventions.

Passer du dumping au progrès social

Protection des services publics, développement des territoires ruraux, congé parental rémunéré aux ¾ du salaire brut… La liste propose aussi un “SMIC” européen fixé au minimum à 65 % du salaire médian. Concernant le travail détaché, elle défend le principe “à travail égal, salaire égal, cotisations sociales égales sur un même lieu de travail“.

La santé et la protection des écosystèmes

Son programme entend également consacrer 70 % du budget de la PAC “aux pratiques agricoles qui visent à l’abandon des pesticides et des engrais de synthèse“, réduire la TVA sur les produits bio, étendre les aires marines protégées, durcir “les seuils d’émission de polluants atmosphériques réglementaires” ou encore interdire les emballages plastiques et polystyrènes d’ici 2025.

L’Europe des citoyens, contre l’Europe des lobbies

La liste souhaite que toute Initiative citoyenne européenne (ICE) aboutisse à une initiative législative de la Commission européenne. Elle veut aussi renforcer les pouvoirs du Parlement, “en élargissant le champ de la codécision à des domaines comme le budget, la fiscalité et la protection sociale“. Contre le pouvoir des lobbies, le programme propose de créer une “Haute autorité européenne pour la transparence de la vie publique“.

Garantir et étendre les droits fondamentaux

Egalité femmes-hommes, droits des LGBTI+… Dans ce chapitre, la liste souhaite aussi simplifier la saisine de la Cour de justice de l’UE pour “systématiser les sanctions envers les Etats ne respectant pas l’Etat de droit“.

Solidarité européenne dans l’accueil des migrants

Le programme prévoit la fin du règlement de Dublin, “qui renvoie les demandeurs d’asile vers les pays de première entrée“. Il propose des “visas humanitaires et des voies légales de migration“, ainsi que des allocations aux collectivités et associations “qui accueillent les migrants“.

Faire le pari de la jeunesse

La liste ambitionne notamment de créer un “Erasmus pour tous“, permettant aux 16-25 ans d’obtenir une bourse de mobilité allant jusqu’à 5 000 euros, et un “contrat d’apprentissage européen“, valable dans toutes les entreprises européennes.

Un protectionnisme social-écologique

Le programme prévoit d’assouplir les règles d’octroi des aides d’Etat pour faciliter “l’émergence d’entreprises européennes d’excellence“, de suspendre les négociations et ratifications d’accords commerciaux tant que des critères “ambitieux“, notamment écologiques et sociaux, n’auront pas été définis “démocratiquement“. Aussi, il défend l’instauration d’une taxe carbone aux frontières de l’UE.

Pour lutter contre l’évasion fiscale…

La liste propose un taux minimum de 20 % d’impôt sur les sociétés, la fin de l’unanimité en matière fiscale au Conseil, un “ISF européen“, l’extension de la liste noire des paradis fiscaux, ou encore une taxe sur les transactions financières.

Pour une Europe puissance

La liste plaide, par exemple, pour un siège permanent de l’Allemagne au Conseil de sécurité de l’ONU, et des missions communes en matière de défense, avec un meilleur partage des coûts.



https://www.touteleurope.eu/actualite/europeennes-le-programme-commun-du-parti-socialiste-de-place-publique-de-nouvelle-donne-et-du-pa.html