Mercredi 7 février, en plénière à Strasbourg, le Parlement européen a pris position concernant les élections  2019.

Nombre de sièges par pays, élection du président de la Commission européenne et … la question des listes transnationales est tranchée. ET selon moi pas dans le bon sens  – on a rate une belle occasion de créer une campagne européenne et un sentiment citoyen européen hors « sol  » justement  

Une majorité des eurodéputés de la droite européenne considèrent ces listescontraires à la démocratie, car les députés sont « hors sol » et responsables devant personne et auraient pour effet de favoriser les partis eurosceptiques.

Arguments contestés par les défenseurs de ces listes, (dont je suis ) car à  l’inverse l’objectif est de renforcer l’attrait des citoyens pour les élections européennes et de favoriser l’émergence d’un intérêt général européen.

Sujet du programme d’Emmanuel Macron pour l’Europe, les listes transnationales sont donc susceptibles de ne pas voir le jour, du moins pour le scrutin de l’an prochain. En effet, si les capitales européennes ont également leur mot à dire en la matière, ce projet ne suscite pas non plus l’enthousiasme de l’ensemble des Vingt-Sept, à commencer par le groupe de Visegrad (Hongrie, Pologne, République tchèque, Slovaquie).

https://www.touteleurope.eu/actualite/europeennes-2019-le-parlement-europeen-fixe-ses-conditions-et-rejette-les-listes-transnationales.html

Clement

Titulaire d’un master « Affaires Internationales et Stratégie d’entreprise » (Sciences Po Toulouse), je me spécialise dans les questions de développement commercial en France et à l’export. Passé par le Sénat, Ubifrance et le monde associatif angevin et toulousain, je suis curieux, créatif, dynamique, et surtout passionné par l’art et la culture.