#Elections au Parlement Européen – l’#Écologie se taillera la part du lion

Un article publié par Novethic


La désignation de Pascal Canfin comme numéro 2 de la liste La République en Marche pour les Européennes, fait de l’écologie un thème fort de campagne. Ancien député européen, inspirateur de Finance Watch et membre du groupe d’expert de haut niveau sur la finance durable, Pascal Canfin dirigeait jusque-là le WWF France.


Le choix de mettre Pascal Canfin, ex-directeur général du WWF, en haut de la liste LREM en vue des élections européennes a désarçonné les associations environnementales. Alors que celles-ci sont engagées dans un bras de fer avec le gouvernement sur la faiblesse de sa politique climatique à travers l’initiative l’Affaire du siècle, l’un des leurs rejoint le parti présidentiel.

Pascal Canfin défend cette position dans une interview au Monde. Il espère contribuer à créer une forte composante écologique au sein du pôle libéral du Parlement européen. “Sur tous les sujets écologiques, le Parlement européen est essentiel. Ce n’est pas pour rien que 80 % des règles environnementales que l’on applique en France viennent de l’Europe. La mère des batailles, elle est là.

Un thème trans-partisan

Il ajoute : “Inventer une économie neutre en carbone, c’est un marathon, pas un sprint. Pour faire ce marathon, il faut commencer par le premier kilomètre. Et si vous vous arrêtez au premier kilomètre, vous n’avez pas couru le marathon. Est-ce qu’on est au niveau aujourd’hui ? Non. Est-ce qu’un seul gouvernement, de gauche, de droite ou du centre y est ? Non. La transformation doit être systémique.

L’écologie est probablement LE thème capable de fédérer les électeurs conscients que l’Europe est la bonne échelle pour les régulations environnementales et la lutte contre le changement climatique. 2019 pourrait être la première campagne où elle devienne une thématique trans-partisane qui permet de discriminer les listes en fonction des réponses qu’elles proposent.

Les députés écologistes EELV ont anticipé en adoptant le slogan “Votez pour le climat” pour leur campagne, où il propose de “Sauver l’Europe pour sauver le climat”. Côté Place Publique, emmenée par Raphael Glucksmann et Claire Nouvian, fondatrice de l’ONG Bloom, la première priorité pour l’Europe doit être “de faire passer l’écologie avant l’austérité”.

Petit ou grand débat

Dans le camp d’en face, le Rassemblement National a bien mis l’écologie a son programme, mais dans une version qui renvoie dos à dos le libre échange et les règlementations environnementales. Ce parti veut privilégier le “localisme”, favoriser les “circuits courts” et contribuer à la “revitalisation des territoires oubliés”. Les Républicains semblent isolés avec leur projet axé sur la défense de la “civilisation européenne”.

Quoi qu’il en soit la mobilisation dans les urnes autour du climat et de l’environnement dépendra du traitement médiatique de la campagne. Assistera-t-on à des débats politiciens et nationaux à coup de petites phrases assassines ou à un Grand Débat sur le fond des solutions à apporter aux problèmes climatiques et environnementaux ? Le défi est de taille, mais il reste quasiment deux mois jour pour jour pour changer le programme des émissions politiques.

Anne-Catherine Husson-Traore,  @AC_HT, Directrice générale de Novethic


Crédits photo : @MichelStoupak-Nurphoto